Faire face à vos addictions alimentaires en psychothérapies individuelles

Gestalt-thérapie en individuel à Lyon 2

En individuel, une séance de Gestalt-thérapie se déroule toujours en face à face. Ce processus thérapeutique induit un réel engagement du thérapeute vis-à-vis de son patient, qu'il soit boulimique, anorexique ou hyperphagique. Leur relation fait alors partie intégrante de la thérapie et doit conduire le patient à vivre dans l'instant présent de l'interaction.

Troubles alimentaires : le fonctionnement de la thérapie individuelle

Ensemble, nous revenons sur votre parcours de vie et ce qui constitue votre environnement passé comme présent. Une rétrospective nécessaire afin de découvrir les origines de votre mal-être et de votre addiction alimentaire, qu'elles soient inconscientes ou connues, qu'elles relèvent d'un traumatisme, d'une absence, d'une relation nocive, ou de toute autre cause de souffrance.

Le but n'est pas ici de lutter contre ces causes, mais d'apprendre à vivre avec cette histoire qui est la vôtre et a faire différemment dans votre quotidien afin de construire votre avenir.

La Gestalt se concentre essentiellement sur l'instant présent et sur votre quotidien. Ainsi, vous apprenez :

  • à gérer vos crises,
  • à calmer vos angoisses et vos émotions,
  • à trouver votre place dans la vie,
  • à vous ouvrir aux autres et construire de nouvelles relations.

En tant que Gestalt-thérapeute, je vous accompagne dans vos choix, vos doutes et vos réflexions, instaurant ainsi ce qui peut être qualifié de véritable collaboration conçue à partir du dialogue.

La Gestalt est avant tout une méthode thérapeutique vivante qui, si elle s'intéresse aux phénomènes à l'origine de votre trouble alimentaire, n'en est pas pour autant une psychothérapie analytique. Son but est ici de reconnecter votre corps à vos émotions, votre mémoire et vos aspirations profondes.

Comment se passe une séance de Gestalt-thérapie individuelle ?

La relation thérapeutique, ainsi garante de l'évolution de notre travail, se construira séance après séance tout au long de notre cheminement commun. Établir un cadre thérapeutique est essentiel à cette relation qui réclame une juste distance entre vous et moi.

  1. La rencontre

Nous faisons connaissance et vous êtes clairement informé de mes méthodes, de mes tarifs, du rythme et de la régularité de nos séances. Vous me posez toutes vos questions et prenez ainsi en toute liberté de conscience la décision de vous lancer dans le processus thérapeutique.

  1. Les séances

Le dialogue est toujours mené en face à face et vous ne faites jamais l'objet de jugements de valeur. Le but du gestalt thérapeute n'est en aucun cas de juger, mais de vous découvrir afin de faire office de "miroir réfléchissant", permettant la rencontre avec vous-même.

Au cours des séances, je vous invite à vous exprimer sur votre présent : vos pensées, préoccupations, états d’âme, sentiments, sensations... à l'instant T. Tout peut ainsi faire l'objet d'une base de travail m'aidant à vous faire prendre conscience des différentes facettes de votre vécu. Ainsi, vous êtes progressivement amené à reconnaître et accueillir vos sensations et émotions et à identifier vos besoins du moment. Vous entrez ainsi en interactions avec votre environnement.

Au fil des séances, vous apprenez à mobiliser vos ressources et gagnez en autonomie et en liberté, facilitant vos prises de décisions.

  1. Notre relation thérapeute / patient

Durant nos séances, nous vivons des moments de connivence et de joie, mais aussi de colère, de silence et même d’oppositions. Tous ces instants sont identifiés et nommés afin de vous accompagner dans votre processus d'évolution.

  1. Nos obligations respectives

En tant que thérapeute, je suis bien évidemment responsable du bon déroulement de nos séances et de notre travail. Il en va de même pour les outils que j'emploie, pour mon analyse et les pistes que je vous propose d'explorer, ainsi que pour tous moyens recherchés afin d'améliorer notre travail. Toutefois, votre engagement volontaire et actif est essentiel afin de parvenir à un résultat.

Dominique Morinello, thérapeute sur Lyon et en Rhône-Alpes spécialiste des troubles alimentaires.
> Me contacter.

Le changement commence à deux

La Gestalt-thérapie est une psychothérapie relationnelle. Elle s’intéresse à ce qui se passe dans l’instant présent, à la frontière de la relation c’est-à-dire quand deux personnes, patient et thérapeute, se rencontrent. Toute l’histoire et le passé de la personne vient se réactualiser avec cette relation.

Toutes les problématiques humaines sont en fait une problématique de relation. L’être humain est un être de dépendance et d’interdépendance. Nous pouvons être autonome et indépendant mais nous ne pouvons exister seul, nous avons besoins de liens. Ce qui fait la spécificité de cette thérapie, c’est que le thérapeute est non seulement engagé dans le présent de la relation mais il est également impliqué. Impliqué veut dire qu’il peut ressentir des émotions, avoir des images, sentir des tensions et des sensations, ce qu’on appelle : le vécu du thérapeute.

Il est construit conjointement avec la personne qui consulte au sein de la situation thérapeutique. Le thérapeute gestaltiste va utiliser ce qu’il ressent (son vécu) dans le but d’être au service du patient mais pas n’importe comment, dans une visée thérapeutique. Cette relation est considérée comme une interaction humaine soutenante et confrontante. Le thérapeute va aider la personne à développer et faire évoluer la conscience pas à pas sur son ressenti corporel et émotionnel, qui souvent est anesthésié. Le thérapeute travaille dans une position d’authenticité, il n’est pas neutre et passif, il peut être par moment confrontant, soutenant et contenant. Il devient un ancrage et une sécurité humaine sur lequel la personne peut s’appuyer, sans risque d'être rejetée ou abandonnée, tout en gardant une certaine distance, c’est-à-dire ni trop près ni trop loin. Dans la conduite addictive avec la nourriture, le problème n’est pas le produit, mais c'est bien la relation que la personne entretient avec le produit (nourriture) qui pose problème. On va donc s’intéresser à la personne, à son rapport au monde et regarder comment le symptôme se manifeste, souvent à son insu, dans la relation thérapeutique et à quoi ça lui sert encore aujourd’hui. Au fil du temps des rencontres thérapeutiques, le patient va construire sa sécurité intérieure. Elle ne peut se construire qu’à l’occasion d’une relation humaine faite d’authenticité, d’une présence pleine de respect et de soutien.

S’intéresser uniquement au symptôme ne permet pas de s'en libérer et surtout de résoudre la problématique identitaire. En effet, le symptôme boulimique et hyperphagique a une fonction d'ancrage, comme une bouée nécessaire au maintien de l’équilibre de la personne, pour éviter tout effondrement identitaire et narcissique. Tout le travail consiste à (re)construire son identité, sa sécurité intérieure et son autonomie affective. Le travail, dans toute conduite addictive ou comportementale, nécessite une approche et un travail thérapeutique spécifique où le thérapeute et le patient sont au cœur de la relation, dans le ici et maintenant de la situation. Le travail se fait pas à pas et demande de l’engagement, de l’implication et une responsabilité. C’est un travail de croissance et de transformation intérieure pour le patient.

Témoignage de Claire

« Le travail en thérapie m’a permis de me sortir de mes ruminations mentales, ce qui m’a vraiment aidé à faire diminuer mes crises, mais également de travailler sur ma honte qui me hantait jour et nuit. J’apprivoise mes émotions sans les fuir, je me sens plus vivante. »