Modalités

Le groupe : un espace de changement en profondeur.

Psychothérapie de groupe à Lyon et en Rhône-Alpes pour lutter contre la boulimie et l'hyperphagie.

thérapie groupe

Les vertus du groupe de thérapie

Pourquoi le groupe de thérapie est-il si efficace contre les problèmes d'addictions, des troubles  alimentaires comme la boulimie, l'hyperphagie et l'anorexie?

"Tout thérapeute se doit impérativement de suivre lui-même une psychothérapie ou une analyse approfondi et d'avoir recours régulièrement à de la supervision. Ainsi, j'ai réalisé un long  travail  en gestalt-thérapie et en psychanalyse sur moi-même durant  plus de 10 ans. En parallèle, j'ai pu faire l'expérience durant 10 ans de la psychothérapie de groupe en gestalt-thérapie, à Lyon et à Bordeaux, où j'ai fait l'expérience d'une transformation en profondeur. Témoin direct de son efficacité, je me suis ensuite formé à la psychothérapie gestaltiste individuel, et  de groupe."

Dans un groupe, on n'est jamais seul à vivre des instants difficiles dans sa vie, ou à faire face à des crises de boulimie. Ainsi, le groupe est un laboratoire d'expériences et d'expérimentations qui permet de :

  • s'affranchir de la honte ;
  • s'affirmer ;
  • reconstruire le lien ;
  • prendre pleinement sa place en tant qu'homme ou femme ;
  • se positionner face aux autres ;
  • reconstruire sa sécurité intérieure ;
  • développer sa conscience et sa créativité ;
  • se libérer des conditionnements familiaux et des fonctionnements ou comportements égotiques ;
  • être plus autonome et responsable de sa vie.

Elles témoignent

Le travail en groupe m'a permis de me libérer de ma colère et de ma honte qui était enfouie depuis des années. Ma compulsion à la nourriture était simplement une façon de ravaler mes émotions, de me punir. J'avais tellement honte de moi, j'angoissais à l'idée de ne pas satisfaire les besoins des autres de peur d'être rejetée, de ne plus plaire même dans le groupe. J'avais juste envie de vivre, de pouvoir exister sans masque et être en paix avec les autres. Le groupe a été porteur, j'ai découvert que je pouvais dire et exprimer mes émotions librement, même si ça fâche. Je me sens si légère et aujourd'hui. Je suis fière mais vraiment fière de moi car il y a eu des moments pas faciles dans le groupe, mais je n'étais pas seule. Nous sommes tous dans le même chemin, un chemin très riche finalement. Quand je regarde en arrière, je peux me sentir aujourd'hui libre de vivre en paix et sans mes crises de boulimie. Être moi-même ! Sarah

Je me souviens un jour de ce que tu m'as dit Dominique dans le groupe : « Avec le temps, tu découvriras le sens du symptôme de ta boulimie, elle est là pour te faire découvrir quelque chose au sujet de toi. ». Oui tu avais parfaitement raison ! Elle m'a appris que sans elle je n'existais pas, j'ai peut-être un super job, mais je vivais à côté de ma vie, même avec les autres j'étais transparente, seule comme quand j'étais petite. Dans le groupe je laissais toujours les autres s'exprimer, j'étais tranquille sur ma chaise, ça durait un moment, même des mois, je n'avais qu'une envie c'est que tu viennes me chercher, finalement tu as bien fait car j'ai ressenti une colère contre toi. Jamais je n'avais ressenti mes émotions comme ça, et c'est à cet instant que tu m'as proposé un exercice de confrontation. Pour la première fois de ma vie je me suis sentie vivante, comme si le monde s'ouvrait sous mes yeux. Je sais qu'aujourd'hui c'est possible, j'en suis au début mais je veux m'en sortir, pour moi le groupe est un endroit où je peux faire l'expérience avec les autres de m'affirmer et d'apprendre à exprimer mes émotions sans jugement. Lina

Le groupe, effet de dédramatisation

Pour beaucoup d'entre nous, il n'est pas facile de parler de soi à un thérapeute et encore moins en groupe. Or, le fait d'entendre les autres raconter leur propre histoire est bien souvent à l'origine d'un déclic :

"Je ne suis pas seul(e) à faire face à des difficultés dans ma vie, ou à avoir ce type de problème."

Ce qui peut apporter du soulagement et encourager le patient à s'ouvrir sur ce qui était jusqu'ici dissimulé et parfois vécu comme une grande honte.

"Finalement ce n'est pas si grave que ça, je peux en parler."

Le groupe, effet facilitateur et stimulant

Écouter les autres s'exposer et livrer leurs propres difficultés nous autorisent à parler de nous-mêmes. Le groupe permet ainsi un effet d'ouverture et de stimulation.

" Je peux commencer à sortir de ma prison "

" Quand j'ai entendu les autres parler de leurs problèmes, cela m'a donné envie d'évoquer mes propres difficultés. Il y eut un moment où je me suis senti suffisamment en confiance pour le faire ".

Le groupe, effet de résonance

L'effet de résonance est un phénomène qui s'inscrit dans la continuité des effets vus au-dessus, et qui est absolument essentiel dans un groupe de thérapie.

Ce que l'on rapporte de sa vie, de son histoire familiale... peut faire écho chez les autres membres du groupe. On se retrouve parfois dans l'histoire de l'autre. Celle-ci résonne en nous sans que l'on puisse vraiment expliquer pourquoi, jusqu'à ce que les choses finissement par s'éclairer.

Le groupe, une ouverture sur l'émotionnel

La situation de groupe favorise l'émergence de l'émotion de différentes façons :

  • on peut être touché quand l'autre parle de lui et en être ému ;
  • on peut se connecter à nos propres émotions. Elles sont éveillées par des similitudes perçues avec "l'autre", tel qu'il est ou tel qu'on le perçoit.

Toute une gamme d'émotions est alors envisageable : l'attirance, le rejet, l'amour et la haine, la tendresse et la rage.

La difficulté relationnelle est souvent en lien avec la répression ou la négation des émotions mais aussi avec la désensibilisation et la mentalisation. Aussi, dans une perspective gestaltiste, nous essayons de remettre en lien le corps, l'émotion et le mental dans notre relation aux autres.

Le groupe permet de réactualiser et de mettre à jour nos façons d'être et de faire dans notre quotidien. La tension provoquée par le fait de parler de soi et d'aller vers plus d'intimité peut provoquer de la gêne, de la peur et de l'angoisse. Quand l'intensité émotionnelle se fait telle que la peur survient, l'être humain reproduit les mécanismes qui, jusqu'ici lui ont permis de se protéger. Des mécanismes mis en place notamment depuis l'enfance, suite à des situations restées inachevées, et reproduits malgré un contexte où ils n'ont plus lieu d'être.

La Gestalt nous invite à travailler à partir de ce qui est ici et maintenant. Ainsi, elle permet la prise de conscience de cette réactualisation. Et sur ce point, la dimension de groupe s'avère bien plus riche qu'une thérapie individuelle.

( source : Le grand livre de la Gestalt )

Dominique Morinello - thérapeute sur Lyon et en Rhône-Alpes spécialiste des troubles alimentaires.

La Gestalt-thérapie de groupe est un processus de croissance et un transformateur puissant.

La psychothérapie de groupe en Gestalt-thérapie sur Lyon est un processus de changement, d’évolution et de croissance très puissant et transformateur. La thérapie Gestalt en groupe ouvre a une grande possibilité de travail dans un cadre sécurisé et sécurisant. Les schémas de répétitions comme les blocages, le sentiment de honte, les évitements relationnels, les faux-semblants, les problématiques d’attachement, d’abandon et de rejet viennent se réactualiser au sein du groupe dans les interactions entre les personnes. Dans un groupe de thérapie spécifique au TCA (trouble du comportement alimentaire) et d’autre conduite addictive, le but n’est pas de se focaliser sur le nombre de crises de boulimie que je fais, ou la nourriture, mais justement d’aller travailler sur les interactions au sein du groupe (comment j’évite telle personne, comment je cache et je ne dis pas ce que je ressens, ce que j’imagine devant telle personne ou comment je m’efface face à l’autre, et pourquoi je ne prends pas ou je n’habite pas ma place dans le groupe, comment j’agresse l’autre avec ma colère ou ma rage qui déborde ou comment je ne me positionne pas face à l’autre).

Le travail sur le corps et les émotions tiennent une place importante dans un travail en thérapie de groupe en gestalt. Le travail en groupe va permettre de ressentir les émotions que j’enfouis, ou que j’ai anesthésié durant des années, d’apprendre à entrer en relation d’une autre façon, sans crainte d’être jugé ou rejeté, et d’arrêter de vouloir être aimé par tout le monde. Ce travail va permettre au fur et à mesure d’être pleinement vous, sans faux-semblants, de pouvoir apprendre à vous connaître au travers des autres et de construire votre sécurité intérieure et votre identité. Chaque personne avance à son rythme, c’est un processus qui demande un engagement et une implication. C’est dans les interactions et relations à l’autre que nous construisons notre sécurité et notre identité car seul, on n’existe pas.

La thérapie de groupe à Lyon va vous aider à :

  • sortir de la dévalorisation de soi
  • restaurer l’estime, la confiance et l’image de soi
  • accueillir, apprivoiser ses émotions et les vivre
  • développer la conscience de soi
  • apprendre à s’affirmer, se positionner, se confronter sans s’effacer et écraser les autres
  • sortir de la honte et de la culpabilité
  • sortir de l’isolement social et construire une relation sans crainte d’être rejeté ou abandonné
  • arrêter de répondre aux attentes des autres
  • identifier, satisfaire et respecter vos besoins
  • oser la nouveauté et renforcer la confiance en soi

Témoignage de Valérie

"J’étais toujours à m’imaginer ce que pensaient les autres quand je prenais la parole. J’ai découvert dans ce travail de thérapie en groupe que c’était moi qui me jugeais, que je pouvais me trouver nulle et inintéressante. J’ai pu apprendre avec les autres personnes du groupe à ne plus retourner cette colère contre moi pour me détruire, mais à l’exprimer d’une façon plus constructive et à m’affirmer, à reprendre ma vie en main et être plus à l’écoute de ce que je vis sans aller me remplir pour l’étouffer."

Témoignage de Solange

« Très souvent j’ai voulu baisser les bras. Comme à chaque fois que j’allais chez un psy, je commençais, j’étais très motivée et comme c’était toujours pareil, je ne pensais qu’à ça, faire des crises, c’était mon obsession et ma hantise. J’ai été en clinique, j’ai été suivie par pas mal de psys. J’avais l’impression que j’ennuyais même mes psys et qu’ils ne pouvaient pas grand chose pour moi, alors je n’y retournais plus, j’étais tellement déprimée et au fond du trou… Quand on est boulimique, la seule chose qui guide notre vie, c’est la nourriture, car durant mes crises je ne pensais plus à rien, j’avais le sentiment d’être sur une autre planète. Je me sentais si seule, sale, dégoûtante, inintéressante, je ressentais un énorme vide. Ma boulimie était devenu le centre de mon existence.

C’est en cherchant sur Internet que j’avais vu qu’il existait des groupes de thérapie à Lyon pour la boulimie et les addictions. Je ne savais pas en quoi cela consistait, m’imaginer me retrouver devant des personnes pour parler de ma boulimie, juste l’idée me terrifiait, mais je ne pouvais plus vivre comme ça, j’avais l’impression de passer à côté de ma vie à 26 ans, de me cacher des autres. J’en pouvais plus de vivre comme une moins que rien, de fuir ma vie. J’ai eu un échange au téléphone avec Dominique Morinello, je crois que les 3 premières minutes d’échange ont été comme si je retrouvais de l’air dans ma vie, je ne connaissais pas ce psy mais j’ai eu le sentiment d’exister vraiment durant 3 minutes. Enfin quelqu’un qui pose des mots justes sur ce que vous vivez, qui connaît notre problématique. Nous avons convenu que je pouvais venir faire deux sessions de thérapie en groupe et ensuite, de dire aux filles du groupe si je continue le travail ou pas le samedi, soit une fois par mois. J’ai rencontré plein de filles de tous âges, on était une douzaine. Certaines étaient en thérapie de groupe depuis 2 ans, d’autre 1 an, elles me témoignaient de la sympathie et je me souviens d’une jeune femme qui m’a dit : “Au début ça fait bizarre d’être là, mais accroche-toi, ça vaut le coup.”

Oui elle avait raison, “ça vaut le coup” ! Le travail avec le groupe en thérapie, c’est fort, c’est confrontant car on ne peut plus se cacher, on apprend beaucoup avec les autres. J’ai découvert que j’essayais toujours de donner une bonne image aux autres pour exister et qu’on ne me rejette pas, jusqu’au jour où, durant une expérimentation avec le groupe, j’ai craqué. J’ai senti comme si je ne pouvais plus porter ce masque, j’ai vomi ma colère, j’ai accueilli toutes ces larmes de tristesse de la petite fille qui vivait en moi et qui n’a jamais pu s’exprimer, montrer sa peine. Le groupe m’a montré le chemin, alors oui, on avance chacune à son rythme. Dominique est confrontant mais très soutenant. Il nous apprend à ne plus fuir nos émotions, mais à les regarder, les apprivoiser, il nous montre le chemin pour prendre le temps d’exister telle qu’on est. Oui la thérapie Gestalt m’a aidée à construire celle que je suis aujourd’hui. Il m’arrive encore de faire parfois des crises mais tous les deux, trois mois, mais c’est plus comme avant où j’en faisais une à quatre fois par semaine. Je me sens vraiment vivante, je peux me nourrir d’autres choses aujourd’hui sans chercher à me remplir. Oui on peut se sortir de la boulimie par un travail de groupe, il ne faut jamais abandonner ».