gérer ses émotionsLes crises de boulimie ou d’hyperphagie ne sont pas à prendre à la légère. Elles cachent un mal-être que nous avons très souvent du mal à gérer. La nourriture est une sorte de réconfort, une échappatoire pour étouffer ses émotions si prenantes et qui ne veulent pas sortir ou qui sortent de manière démesurée. Une solution pour les contrôler ? Cela fait partie des nombreuses croyances faussées. Nous allons voir dans cet article à apprendre à comprendre nos émotions et à mieux les gérer pour essayer de se sortir de la boulimie ou de l’hyperphagie.

Origine des émotions

Les émotions sont des pensées soudaines et inconscientes qui se manifestent chez tout le monde. Elles peuvent nous submerger sans que nous nous y attendions. Elles répondent à des stimulus extérieurs : paroles, actes, évènement. Ces stimulus font réagir des zones du cerveau, dont le noyau central, qui gère les émotions s’appelle l’amygdale. L’amygdale permet de « doser » l’émotion, si elle est agréable ou non, mais aussi la puissance, si elle est faible ou forte.

Ces émotions créent des réactions physiques comme les sensations de chaleur, les larmes, la sueur, etc.

Une meilleure compréhension

L’émotion est un état mental soudain, qui arrive en quelques secondes. Il est donc non réfléchi et involontaire. Nous ne sommes ni responsables ni coupables de ressentir ces émotions. Cependant nous pouvons travailler sur la façon de les interpréter et de les formuler.

Beaucoup ne savent pas distinguer les émotions agréables et désagréables ce qui crée des dysfonctionnements. Cette incompréhension entraîne un état de vide, et la solution à ce vide, à ce manque intérieur est la nourriture. La nourriture est un besoin naturel qui provoque du bien-être. Quand on est mal, quand on ne sait pas comment gérer ce trop-plein d’émotion, la nourriture peut être vécue comme une délivrance.

Les émotions agréables sont liées à un besoin satisfait, cela peut être la joie, la gratitude et la fierté.

Les émotions désagréables sont toujours plus complexes à gérer. Ils s’expriment par la tristesse, la colère, la culpabilité et la honte. Nous avons tendance à vouloir les taire et ne pas les ressentir. Il est pourtant important de les extérioriser, car elles sont là pour nous faire comprendre que quelque chose ne va pas.

Une meilleure gestion

Comme il est expliqué plus haut nous avons tendance à fuir les émotions désagréables, nous préférons les taire que les affronter. Pourtant c’est un signal d’alerte à ne pas négliger. Ces émotions permettent à notre subconscient et notre corps de nous dire que quelque chose ne va pas et qu’il faut le régler pour aller mieux.

La répétition des crises boulimiques sont aussi donc de bons indicateurs concernant ces émotions négatives qui nous submergent et qui sont pour nous ingérables.

Le meilleur moyen d’exprimer ces émotions qui nous « bouffent » est d’extérioriser ces émotions. Mais comment ?

Mettre des mots sur ce qu’on ressent permet de prendre conscience des choses que nous savions parfois même pas sur nous-mêmes.

N’hésitez pas à parler à vos proches, à des personnes qui connaissent vos problèmes, vos inquiétudes. Vous n’avez pas forcément de proches à qui vous pouvez vous confier, n’hésitez donc pas à consulter un thérapeute. Sinon vous pouvez aussi vous enregistrer au travers d’un enregistreur en parlant comme si vous parliez à quelqu’un. Vous entendre et vous écouter ultérieurement vous permettra de prendre conscience de certaines choses et de travailler dessus.

Sinon, si vous êtes plus à l’aise avec l’écrit, je vous conseille de tenir un journal. Écrivez dès que vous en ressentez le besoin, exprimez ce que vous ressentez, ce que vous pensez et relisez vos écrits plus tard. Ce recul vous permettra d’analyser le contenu et trouver des solutions à vos problèmes.

Parfois s’exprimer nous aide à trouver les solutions adaptées à nos problèmes.

 

Et vous, comment gérez-vous vos émotions ?