stop boulimieLes personnes atteintes de boulimie se renferment sur elles-mêmes, se dévalorisent, veulent tout contrôler et se disent la plupart du temps qu’elles ne s’en sortiront jamais. Il est possible de s’en sortir, mais le combat est long et difficile. Voici 8 conseils qui pourront vous aider à vous en sortir.

1)   Ne plus être dans le contrôle

Il faut savoir que manger est un besoin vital pour le corps, tout comme respirer. Restreindre son alimentation peut être vécu comme une menace par le corps. Plus on se restreint plus de manger, plus on y pense. Cette idée devient de plus en plus obsédante et donc les risques de vous enfermer encore plus dans la boulimie sont dangereux pour vous.

Alors, ne soyez plus dans le contrôle de votre alimentation.

2)   Se réconcilier avec son horloge biologique

Le rapport au corps est parfois conflictuel, mais pour que votre corps aille mieux il faut qu’il soit bien. Notre organisme est soumis à un rythme biologique, il est important que votre corps puisse se reposer pour récupérer, ainsi vous retrouverez toutes vos capacités physiques et mentales pour pouvoir aller mieux. Le sommeil est souvent négligé, mais c’est très important de retrouver un bon rythme.

3)   Être patient et moins exigeant

Comme je l’aie marqué plus haut, il faut savoir que la guérison est un travail de longue haleine, et donc il ne faut pas viser la perfection et se dire « demain je ne serais plus malade ». Il faut avancer à petits pas, apprendre de ses échecs et se donner des objectifs simples, mais accessibles.

4)   Faire des projets

Les projets sont d’excellents moteurs pour avancer et reprendre confiance en soi. Il n’est pas toujours évident de trouver un but à sa vie, des passions et des envies. Mais, se trouver des loisirs, trouver du plaisir dans une activité, ou se projeter même à court terme est déjà un grand pas et vous aidera à positiver.

5)   Manger mieux et plus régulièrement

Pour réduire les crises de boulimie, il est important de manger régulièrement et plus sainement. Prendre trois repas équilibrés par jour, avec des protéines et des féculents, permettra de donner à votre corps tout ce dont il a besoin et permettra de réduire les crises.

Il est parfois difficile de savoir comment bien faire, alors n’hésitez pas à faire appel à un nutritionniste, il vous aidera à trouver un bon équilibre alimentaire. Parler de vos difficultés

Ce n’est jamais simple de parler de ses propres difficultés face à la boulimie, car vous êtes honteux, vous ressentez une immense culpabilité et surtout vous avez peur de décevoir.

Tout d’abord, en parler est un premier pas vers l’acceptation de la maladie. Il est important de l’accepter, de mettre des mots sur ces difficultés pour pouvoir en prendre pleinement conscience et pouvoir commencer le travail vers la guérison.

Parler de vos difficultés permettra aussi de vous aider à trouver des solutions, mais aussi donnera un regard extérieur face à vos problèmes. Mettre des mots sur votre mal-être permettra aussi de vous décharger du trop-plein d’émotions qui vous empoisonne l’existence et qui vous enferme dans cette maladie.

6)   Rencontrer ceux qui s’en sortent

Les boulimiques ont souvent l’impression d’être seuls à souffrir de ce mal. Mais beaucoup de gens sont comme eux et font tout pour s’en sortir. Il est important de rencontrer des personnes qui traversent ou ont traversé les mêmes choses que vous. Aller à leur rencontre par le biais des thérapies de groupe par exemple.

Bien sûr, ces aides peuvent être votre famille, vos amis ou encore des professionnels de la santé.

7)   Se reconnecter avec son corps

Les personnes boulimiques détestent leur corps, il est pour eux pas assez beau, pas assez bien et plaisant. Il faut apprendre à redécouvrir son corps et à l’accepter. La marche, la danse ou la sophrologie par exemple sont de bons moyens pour comprendre que son corps existe et qu’il mérite qu’on prenne soin de lui.

8)   S’ouvrir au monde extérieur

Il est important de sortir de sa bulle, en sortant du contexte familial, des études ou de son métier. Il faut trouver une activité extérieure qui vous permettra de vous affirmer, de renouer avec le monde extérieur et de vous épanouir autrement.

Bien sûr, tous ces conseils ne peuvent pas marcher sur tout le monde, et ne remplaceront jamais un suivi psychologique. Alors si vous avez besoin de conseils ou d’un suivi psychologique, n’hésitez pas à me contacter.