Boulimie, une rapport à la nourriture faussée

La boulimie est, par définition, la consommation d’aliments de manière excessive et d’absence de sensation de faim et de plaisir. Ces crises se poursuivent souvent par des vomissements. Les personnes atteintes de boulimie voient la nourriture comme une drogue. Ce besoin de manger devient obsessionnel. Ils se lèvent le matin avec l’envie irrépressible de manger. Ils se disent qu’ils font réussir à penser à autre chose et oublier cette envie de manger. Malheureusement, plus nous luttons contre cette envie, plus l’obsession est grande.

La relation du boulimique avec la nourriture est problématique, mais ce n’est pas la cause première de ce trouble.

Trouble social

Les personnes atteintes de boulimie ont pour une mauvaise estime d’elle-même et une mauvaise image de leur corps.

Dans un précédent article, « Les médias et l’alimentation », nous avons vu que nous subissons tous une pression sociale pour mincir afin de ressembler à un idéal et être appréciés.

Les médias véhiculent fréquemment des crises sanitaires comme la vache folle ou la fièvre aphteuse. Ces problèmes sanitaires peuvent perturber l’équilibre alimentaire des personnes en souffrance. Effectivement, en perte de repères, elles sont souvent amenées à rejeter la viande.

Le contexte familial peut aussi être la cause de TCA. Un divorce peut être difficile à vivre pour un enfant. Si les parents ont eux-mêmes un rapport compliqué avec la nourriture, les relations de l’enfant avec la nourriture peuvent être perturbées. L’enfant ne veut pas décevoir ses parents, et donc suit son exemple.

Trouble de l’attachement

Dans l’article « Vide intérieur, un manque à combler », nous avons évoqué la sensation de vide intérieur et que cela cachait une dépendance affective, un besoin constant des autres, d’amour et de reconnaissance pour se sentir exister. La personne ressentant ce vide essaie de le remplir comme elle peut et parfois avec une alimentation excessive.

L’entourage a beau être aimant et aidant, la personne en souffrance n’est jamais satisfaite, ce vide est donc difficile à combler et la nourriture n’y change rien.

Cette dépendance affective est aussi liée à une peur de l’abandon et peur de perdre les êtres qui nous sont chers.

Trouble de l’estime de soi

La personne en souffrance manque cruellement de confiance en elle. Ce manque de confiance en elle-même est associé à un besoin de perfection. Elle a donc besoin de contrôler son corps et l’image qu’elle renvoie. La personne souffrante vit aussi dans la peur de ne pas pouvoir répondre aux attentes des autres, notamment ceux du sexe opposé. Elle a aussi l’impression qu’elle ne pourra jamais s’en sortir.

Retrouver un rapport sain

Pour retrouver un rapport sain avec la nourriture, il faut déjà prendre conscience que l’on ne mange pas comme tout le monde. Cette prise conscience ne se fait pas forcément seule, c’est là que l’entourage est important. Il peut nous aider à comprendre notre relation complexe avec la nourriture.

Il faut aussi chercher une aide extérieure, un psychothérapeute, un nutritionniste ou toute autre personne objective qui pourra vous aider à vous en sortir. Ils pourront vous aider à retrouver une alimentation équilibré et vous aidera à travailler sur le fond du problème.

 

Si vous pensez être prêt à franchir le pas, contactez-moi.